6 Mars 2017

Sentinel-2

Tous les 5 jours, la mission Sentinel-2 fournit des clichés dans 13 bandes spectrales de notre planète. Objectifs : suivre à haute résolution l'évolution de la végétation, de l'occupation des sols et l'impact du réchauffement climatique avec une haute fréquence d’observations.

D'une masse de 1 140 kg, le satellite d'observation européen Sentinel-2A a décollé le 23 juin 2015 de Kourou à bord d'une fusée Vega. Son jumeau, Sentinel-2B, l'a rejoint le 6 mars 2017 sur la même orbite à 786 km d’altitude. A eux deux, ils fournissent tous les 5 jours des images d'une largeur au sol de 290 km et d'une résolution de 10 à 60 m selon les bandes spectrales allant du visible au moyen infrarouge.

Ces images servent un large éventail d’applications : suivi du développement des cultures et forêts, de l'occupation des sols, des pratiques et productions agricoles, des littoraux,... Elles aident les scientifiques à mieux comprendre le fonctionnement et l'impact de la machine climatique. Elles viennent en appui des humanitaires et gouvernements dans le cadre de situations d'urgence : glissements de terrain, éruptions volcaniques, inondations…. notamment en cas d'activation de la charte "espace et catastrophes majeures"

Héritière des programmes Landsat de la Nasa et Spot du Cnes, la mission Sentinel-2 fait partie du programme d’observation et de surveillance de la Terre, Copernicus, conduit par l'Union Européenne. L'Agence spatiale européenne (ESA) est responsable du développement des 2 satellites, de leurs instruments et du segment sol. Les engins spatiaux ont été conçus et fabriqués par un consortium de 60 entreprises, sous la direction d'Airbus Defence and Space. Suite à un accord de coopération, le CNES a  développé le prototype du segment sol de traitement des données, défini et prototypé les traitements de niveau 1,  développé un système de qualité d'image et un démonstrateur pour les traitements de niveau 2 (détection des nuages et corrections atmosphériques). Le CNES met à disposition de manière libre et gratuite les données des Sentinel-2 sur sa plateforme Internet PEPS, et fournit des produits corrigés des effets atmosphériques par l'intermédiaire du pôle thématique THEIA .